mardi 20 janvier 2009

Quel grand homme politique a écrit ?

Je ne suis pas un homme de lettres ou de sciences.
J'essaie simplement d'être un homme de prière.

C'est la prière qui m'a sauvé la vie.

Sans la prière, j'aurais perdu la raison.

Si je n'ai pas perdu la paix de l'âme malgré toutes ces épreuves,
c'est que cette paix vient de la prière.
On peut vivre quelques jours sans manger,
mais non sans prier.

La prière est la clé du matin
Et le verrou du soir.

La prière, c'est une alliance sacrée
entre Dieu et les hommes.

( un des grands acteurs du XXème siècle )

3 commentaires:

Anonyme a dit…

La mesure de l'homme

Ce n'est pas celui qui critique qui est important, ni celui qui montre du doigt comment l'homme fort trébuche ou comment l'homme d'action aurait pu faire mieux.

L'hommage est dû à celui ou à celle qui se bat dans l'arène, dont le visage est couvert de poussière et de sueur, qui va de l'avant vaillamment, qui commet des erreurs et en commettra encore, car il n'y a pas d'efforts humains sans erreurs et imperfections. C'est à lui ou à elle qu'appartient l'hommage, à celui ou à celle dont l'enthousiasme et la dévotion sont grands, à celui ou à celle qui se consume pour une cause importante, à celui ou à celle qui, au mieux, connaîtra le triomphe du succès, et au pis, s'il échoue, saura qu'il a échoué alors qu'il risquait courageusement.

C'est pourquoi la place de cet homme ou de cette femme ne sera jamais avec ces âmes tièdes et timides qui ne connaissent ni la victoire ni la défaite.
Mahatma K. Gandhi

essai a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Pierre a dit…

Je ne sais pas trop ce que valent les hommes de lettres mais, je sais ce que savent les hommes de sciences d'eux-mêmes,s'ils sont dignes de ce nom :qu'ils ne savent que bien peu de choses...pour accompagner cette insignifiance et la supporter reste : la prière.