samedi 31 janvier 2009

Il parle avec autorité !

Marc 1,21-28.


Dans l'évangile le plus ancien, celui de Marc, il est fortement souligné combien le Rabbi de Nazareth parlait avec autorité. D'où vient cette reconnaissance du bien fondé de l'enseignement de Jésus ?

Dans les quatre évangiles, le Christ ne parle pas en son nom propre, mais au nom de Celui dont les Juifs ne doivent pas prononcer le nom. Le Dieu de Moïse, des prophètes, Celui dont Abraham, le père des croyants, est appelé l'ami, Jésus le nomme " Père ". Dans ses actes, dans ses paroles, Jésus ne se déclare pas fondateur d'une nouvelle religion, il vient nous révéler que l' Eternel est un Père.

L'autorité de Jésus vient du fait que ses paroles et ses actes sont en concordance, ce qui n'est pas si fréquent dans nos vies. Nous sommes trop souvent de beaux parleurs, mais nos actes ne suivent pas. Lui , Jésus, déclare " ceci est mon corps " et il lave les pieds de ses disciples.

Le " doux, gentil voire gentillet " Jésus des catéchismes et des discours pieux ! n'hésite pas à chasser les vendeurs du Temple de Jérusalem, à traiter ses contradicteurs de " sépulcres blanchis " lorsqu'ils enferment la Bonne Nouvelle dans des rites et des préceptes mortiféres.

Jésus a pû être pris au sérieux parce qu'il ne s'est pas enfermé dans une superbe solitude religieuse, loin de la foule. Il a été traité " d'ivrogne et de glouton " parce qu'il savait partager les bons moments de l'existence avec ses proches.

Lors de ses rencontres, il parlait avec chacun avec autorité, en ce sens qu'il osait aborder le coeur de la vie de ses compatriotes. L'argent avec Zachée, la recherche religieuse avec Nicodéme, l'amour avec la Samaritaine.

Jésus, inlassablement, a ouvert des chemins, a permis un avenir à ses disciples, aux malades guéris, aux pécheurs pardonnés. Toute son existence, ses actes, ses paroles, annonce la Vie du Père plus forte que nos morts, nos impasses, nos échecs.

Jésus parlait avec autorité, il allait toujours à l'essentiel, ne s'embarassant pas de tous les détails religieux qui ne sont souvent que des accessoires encombrants. A sa suite, François d'Assise, l'abbé Pierre et bien d'autres ont été des témoins de cette autorité. Marchons à leur suite.

1 commentaire:

Sam Parle a dit…

Oui ! Comme nous avons besoin de saints qui ne s'embarassent pas des conventions sociales et qui sachent annoncer une Parole qui dérange et qui brûle !
Souvenons nous de ce mot de Thérèse d'Avila :
"Le monde est en feu, ce n'est pas l'heure de traiter avec Dieu d'affaires de peu d'importance !"