mercredi 11 mars 2009

ARRETEZ le MASSACRE.

J'ai lu cette semaine l'annonce triste et inhumaine de l'excommunication d'une petite fille brésilienne. Elle a neuf ans, a été violée depuis des années par son beau père, s'est retrouvée enceinte de jumeaux. L'évêque de Recife, dans la ville d'Helder Camara ! a excommunié la fillette, sa mère et les médecins, mais pas le beau père ! au nom de " la loi de Dieu contre la loi des hommes."

Lorsque les religions, la nôtre ou d'autres, deviennent inhumaines, ajoutent de la souffrance aux drames de la vie, il faut les condamner sans appel. Il n'est pas possible de lire les actes et les paroles du Nazaréen et de massacrer des gens accablés par le malheur. Honte à cet évêque !

Cette semaine, la musique évangélique, je l'ai entendue à la Maison d'Arrêt de Caen. Je discutais avec un détenu qui m'expliquait que tel étage était réservé aux " pointeurs ", les auteurs de délits ou crimes sexuels.
" Je ne leur parle pas, je ne les fréquente pas, me disait il..................sauf à la messe. "
" La messe est le seul moment qui me rappelle l'extérieur, on y va le dimanche matin comme les autres dehors. C'est pareil. Alors là, je leur serre la main, car c'est Dieu qui nous réunit." A la différence de l'évêque de Récife, cet homme, ni meilleur ni pire que d'autres, avait compris que l'Amour du Très Haut dépasse tous nos clivages, tous nos jugements.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Moi aussi je crois en un Dieu qui dépasse tous nos clivages, tous nos jugements.
Merci encore pour ce partage! Et cette prise de position!

Tanguy lor a dit…

Profondément blessée par la condamnation par l'évêque de Recife de la maman et de l'équipe médicale qui ont procédé à l'avortement sur une fillette de 9 ans dont la vie ne pouvait qu'être en danger, outrée par le soutien donné à cette excommunication par un cardinal de la curie , ma femme n'en peut plus de cette Eglise !
Et cela vient après cet effacement de l'excommunication des évêques schismatiques, qui n'ont aucun désir de faire amende honorable .
Trop!
Cette petite fille violée par son beau-père depuis trois ans , elle a besoin de savoir que Jésus l'aime, avec sa salissure .
L'Eglise n'est pas là pour condamner, mais pour dire l'amour, la tendresse de Dieu pour sa créature ."Qui est mon prochain ?" N'est ce pas l'équipe médicale qui a s'est portée au secours de cette enfant malgré la menace ? Les prêtres , eux, sont passés à coté, sans réagir, mais ça c'est dans l'évangile . Dans la vraie vie brésilienne, ils dénoncent l'enfant et sa mère... son beau père, lui, est opposé à l'avortement et sans doute a-t-il son mot à dire puisqu'il est le père des fœtus .
Je ne suis pas chrétien, mais j'étais premier en cathé, dans mon enfance ... et j'ai appris que si la vie de la mère est en jeu, on peut légitimement mettre en danger l'enfant à naître .
J' attends que les évêques de France se désolidarisent clairement et sans faux-fuyants de ces condamnations car "si je n'ai pas la charité, je ne suis rien ."
Tanguy LAURENT 36 rue d'Arques 76400 FECAMP

Merci de votre prise de position ! J'ai adressé mon commentaire à de nombreux diocèses ... et à mon curé : jusqu'ici, silence .

Monique Z a dit…

ARRÊTEZ le despotisme légaliste inhumain, barbare et moyenâgeux !

FAUT-IL PUNIR LES FEMMES POUR LES CRIMES DES HOMMES ? Où se situe la part de responsabilité de l'homme ?????
Vont-ils rallumer les buchers pour y brûler les « sorcières » ? Quel obscurantisme ! Ça m’est insupportable d’entendre de telles condamnations dans la bouche de « princes de l’église » !!! quel évangile annoncent-ils ?
Et pourquoi tant sont-ils muets ?

Merci Jacques, pour ta prise de position : les bras ouverts valent mieux que les pensées fermées et les exclusions.
Merci pour ton accompagnement dans la lecture de l’Evangile qui m’aide à ne pas rejeter l’église entière quand un évènement comme celui-ci me scandalise autant (et bien d’autres par ces temps obscures). Merci pour ta liberté de parole, parole qui a autorité car elle défend les « accablés », elle défend la justice, elle est la porte parole de celle de ton ami le Nazaréen qui marche devant toi. Point de complaisance, point de racolage, mais ta capacité de nous transmettre sa parole bien vivante pour le monde d'aujourd'hui;

Tu nous le répètes souvent : Jésus a vaincu la mort et la mort n’a pas le dernier mot ; l’injustice, l’accablement ne doivent pas avoir le dernier mot.
Comment faire ? Des grands gestes, des petits gestes, en se tendant la main, en se parlant, en se soutenant, en ayant des gestes vraiment fraternels. Pour cela j’ai besoin d’appartenir à une communauté d’église, j’ai besoin de me retrouver avec d’autres sur la route d’Emmaüs pour creuser la parole du Christ et chercher à en vivre. C’est la route que j’ai choisie, même s’il y en a bien d’autres, que ce soit dans d’autres religions ou chez des non croyants.
J’ai entendu cette parole du Père Chenu il y a quelques jours, elle est de circonstance : « il appartient d’abord aux chrétiens de se scandaliser de l’église »

Ensuite je veux reprendre une phrase de Tanguy, pour moi cette petite fille aimée de Jésus n’a pas de salissure, mais une blessure provoquée par les viols d’un pédophile. On doit protéger son innocence et l’aider à guérir de la culpabilité de ce qu’elle a subi malgré elle : elle était violée en l’absence de sa mère, le beau père la menaçait de faire mourir sa maman sil elle parlait. Elle avait 6 ans quand ça a commencé, maintenant 9 ans, 1,36m, 33 kg, un corps de petite fille quand elle est tombée enceinte de 2 jumeaux, c'est parce qu'elle avait mal au ventre que... on connait la suite ! Sa sœur de 14 ans, handicapée mentale, était également violée par leur beau père (nom qui ne colle pas à la situation !). Quel démarrage dans la vie !! Quelle suite ?

Jésus expliquait aux scribes et pharisiens hypocrites le poids des fardeaux qu’ils faisaient porter aux hommes (relire le chapitre 23 de Matthieu), qu’aurait-il dit en voyant ce qu’un évêque veut faire porter à une enfant martyrisée ?

Je pense au bon Samaritain, à la Samaritaine, à Marie Madeleine, à la femme adultère et toutes les autres que Jésus a relevées, à qui il a rendu leur dignité, montrant ainsi la miséricorde de son Père. Que je sache Jésus n’a jamais accablé les "miséreux" qui venaient à lui, par contre il n’a pas été tiède contre les grands prêtres et Cie.

Le cas physique de cette petite fille est la pointe d’un iceberg. Un missionnaire jésuite, 33 ans au Brésil, à l’occasion de cette affaire a parlé « de la réalité quotidienne, celle d’un pays où 1/3 des enfants naissent de mères mineures, souvent entre 11 et 12 ans. Où la majeure partie de ces grossesses infantiles ne sont pas voulues, et ne laissent à ce filles que la honte et le recours à des avortements clandestins qui les mettent encore plus en danger de mort. C’est là, dit-il, qu’il faut agir, là que l’opinion doit se réveiller ».

Pour répondre encore à Tanguy , c’est vrai qu’on est en droit d’attendre une parole des responsables d’église et même de la plus haute autorité pour offrir des paroles et gestes de compassion pour ces petites mères, au lieu de leur mettre la tête sous l’eau.

Cherchez sur Internet : vous trouverez un beau visage d'église, des gens un peu éparpillédes partout qui ne font pas du tapage médiatique et expriment à cette famille leur respect et leur indignation pour le sort qui leur a été réservé.ça redonne du courage.

Peut-être que la Parole est sortie du Temple pour ne pas se laisser enfermée à l'intérieur ?
Dimanche quand on lira dans l'évangile la colère de Jésus dans le temple à Jérusalem, je penserai à tous ces évènements.

Il faut chercher le chemin d'Emmaüs, pour se laisser instruire et transformer.
Monique Zanin

Anonyme a dit…

Depuis le temps qu'on dit que l'Eglise va droit dans le mur, elle finit par s'y fracasser avec élan.

Le problème, c'est qu'elle y va à pleine vitesse et que dans l'accident, on n'en peut plus de compter les victimes.

La seule chose qui rassure - un peu - c'est de voir que quelques "princes" de l'Eglise sortent de leur réserve et commencent publiquement à dire : "Assez", "Ras le bol"...

Et si on écoutait un peu l'Evangile ?